Bouturer de la citronnelle asiatique ?

Trop loin pour aller acheter de la citronnelle !

Habiter la campagne, la vraie, présente des avantages (si l’on aime la nature en solitaire) : on peut aller récolter des champignons et plantes sauvages à pied sans rencontrer âme qui vive. En revanche, lorsque l’on aime cuisiner, l’approvisionnement en produits divers se complique! Surtout si l’on s’entête à respecter certains principes, comme acheter au maximum des produits frais, bruts, si possible en vrac… Concrètement, il me faut une bonne demi-heure de voiture pour aller acheter des pois chiches bios secs ou des cajous nature. Du coup, ça en devient moins écolo… Alors, pour pallier l’isolement, on s’organise : de grands placards où stoker des réserves, un maraîchage bio tout près pour les produits frais, un petit jardin potager où poussent quelques fruits et légumes, mais aussi des tas de fines herbes, car la cuisine sans elles perdrait de ses couleurs!

Des tas d’herbes aromatiques au jardin, oui! Mais l’une d’entre elle, pourtant un classique de la cuisine asiatique, manque : la citronnelle! Car cette graminée a besoin de chaleur. Du coup, impossible d’en avoir toujours sous la main. Et pas facile d’en acheter de la fraîche de qualité. Introuvable en bio, on en déniche parfois en magasin de fruits et légumes, souvent trop sèche, ou encore dans des épiceries exotiques, où elle est meilleure, mais vendue sous plastique. Et l’emballage plastique longue durée, c’est le mal mâtiné de perturbateurs endocriniens et autres toxiques. Du coup, je me suis dit « pourquoi tu n’essaierais pas de faire pousser ta citronnelle en intérieur? » Cela serait idéal! J’en aurais toujours sous la main, garantie sans pesticides ni plastique.

Bouturer de la citronnelle asiatique
Boutures de tiges de citronnelle asiatique

Bouturer des tiges de citronnelle asiatique

J’ai donc tenté l’expérience : J’ai acheté une belle botte de citronnelle qui me paraissait bien fraîche  et j’en ai prélevé 3 tiges qui mourraient d’envie de survivre à mon couteau de cuisine. Je les ai raccourcies un peu puis mises à tremper dans un verre d’eau (quelques centimètres). J’ai régulièrement changé l’eau. Rapidement, les premières racines sont apparues. Il a fallu attendre plus longtemps pour voir les premières pousses vertes pointer le bout de leurs feuilles. Et aujourd’hui, ce fut activité jardinage : je viens de rempoter mes 3 tiges de citronnelle dans de grands pots. J’ai préparé mes pots : drain de cailloux, puis sable, et enfin un bon terreau. J’ai planté la tige de citronnelle la plus vigoureuse seule, et les deux plus malingres ensemble. Pour l’instant, il fait encore bien trop froid pour laisser la citronnelle dehors. J’ai donc placé les pots en intérieur, sous une fenêtre lumineuse.

Je vais suivre avec attention mes tiges de citronnelle. Dès que la belle saison sera installée, elles migreront au jardin. En attendant, je vais les bichonner, peut-être même leur mettre de la musique, en espérant qu’elles prendront rapidement de l’ampleur, et que d’ici quelques semaines (mois?) je pourrais prélever ma citronnelle directement dans le pot!

Je viendrais mettre à jour cet article, pour vous rendre compte de l’évolution de mes plantations.

La citronnelle (Cymbopogon citratus)

La citronnelle est un incontournable de la cuisine du sud est asiatique, en particulier dans les bouillons. Appelée également Verveine des Indes ou Lemon Grass, elle appartient à la grande famille des graminées (Poacées). Elle se présente sous forme de touffe dense de tiges fibreuses. C’est la partie basse charnue de la tige qui se consomme fraîche hachée ou en infusion. Il me semble avoir lu quelque part que les feuilles contenaient des fibres irritantes pour notre organisme, elles ne doivent surtout pas être consommées nature : elles peuvent se consommer séchées et infusées.

La citronnelle est  largement utilisée en dehors de la cuisine, pour ses propriétés anti-moustique : on en extrait une huile essentielle bien connue répulsive.

Attention à ne pas confondre la citronnelle vraie (graminée) avec la verveine citronnelle ou encore avec la mélisse-citronnelle, qui sont toutes deux des aromatiques de familles très différentes, et dont le parfum évoque la citronnelle.

Après avoir mis mes tiges de citronnelle dans un verre d’eau je suis tombée sur un article complet sur le sujet, qui m’a donné envie de poursuivre – à lire ici : Test – Faire pousser de la citronnelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *